Manga Zone Forum

MangaZone forum sur la culture asiatique , le japon , les mangas ..
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 God Of War [PS2]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yami Shadow
Moyen Dieu
Moyen Dieu
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1292
Age : 23
Localisation : Dans ton Ombre
Emploi/loisirs : Etudiant
Humeur : Trouve moi et tu sauras !
Date d'inscription : 08/07/2008

MessageSujet: God Of War [PS2]   Mer 29 Oct - 17:11

Les chemins qui mènent vers le beat'em all sont si nombreux et tortueux sur PS2 qu'il serait indécent de penser qu'on peut encore arriver au bout de la route sans une quelconque aide. Pourtant God Of War a relevé ce défi et alors que nous ne l'attendions pas nécessairement, le voici qui arrive au loin après être passé par la croisée des chemins de la violence et de la mythologie. Véritable apologie graphique à la gloire de tout ce qui fait un grand jeu, le titre de SCEA est un hommage vibrant à la beauté et à la jouissance vidéoludique. God Of War est à marquer d'une pierre blanche dans le sens où il est un des rares titres qui ne se base pas sur une franchise et qui légitime en même temps le fait qu'une grosse production n'est pas forcément destinée à sacrifier son âme sur l'autel de la rentabilité... Chronique d'une odyssée vidéoludique.

Bien que God Of War soit une des plus grandes claques que j'ai reçu ces cinq dernières années, je n'en oublie pas pour autant que Sony n'a malheureusement pas fait énormément de publicité autour de son chef-d'oeuvre. Je ne saurai dire si ceci est dû à un excès de confiance mais toujours est-il qu'à l'inverse d'un DMC 3 qui a multiplié les trailers et autres annonces, God Of War est resté très discret. Ainsi, on peut donc se demander si ce titre aura les faveurs d'un public qui, il faut bien l'avouer, prête plus facilement attention à une grosse campagne marketing qu'aux avis d'une presse spécialiste. Dans un sens, c'est compréhensible mais de l'autre, ce constat est très frustrant surtout quand on voit que des oeuvres originales et sublimes comme The Mark Of Kri, Beyond Good & Evil ou ICO n'ont pas eu le succès qu'elles méritaient. A l'instar des jeux précités, God Of War mérite amplement d'être connu et reconnu pour ce qu'il est : le meilleur jeu d'action de la PS2. Loin des frasques branchées de Dante ou des délires temporels d'Onimusha 3, ce jeu s'appuie sur une imagerie mythologique tout en introduisant un anti-héros pour qui mode de vie rime avec barbarie.



La barre verte représente votre vie, la bleue, votre pouvoir magique et la rouge est rattachée aux orbes.
Mais pour introduire un tel personnage, encore faut-il lui adjoindre un passé, un présent et un avenir. Ainsi, si on peut critiquer les libertés prises avec le matériau de base et quelques dialogues qui tournent vite en rond, l'atmosphère est d'une puissance évocatrice à même de faire taire les dieux eux-mêmes. Pour tout dire, je pense que c'est l'alchimie entre tous les aspects du jeu qui a rendu l'aura de God Of War aussi intense. Tout d'abord la réalisation du titre impressionne tant dans sa maîtrise graphique que technique. Mettant en avant de superbes cinématiques (qui doivent autant aux CG qu'à la peinture), elle privilégie la plupart du temps les cadrages simples qui magnifient les apparitions des déités venant apporter leur aide à Kratos. En sus, la mise en scène est au service du scénario, l'inverse étant également valable. S'ouvrant sur une scène pleine de désespoir qui voit Kratos sauter d'une falaise pour mettre fin à son existence, le jeu revient quelques jours en arrière pour nous narrer ce qui s'est passé durant ce laps de temps. Votre quête de rédemption peut alors débuter sous les conseils avisés d'Athèna qui va vous charger d'assassiner le dieu de la guerre Arès.



A mesure que vous augmenterez la puissance de vos armes, vous gagnerez de nouveaux mouvements.
En tirant parti d'un tel synopsis de base, le jeu ne pouvait décemment pas décevoir au niveau de sa construction. Je vous rassure, ce n'est nullement le cas puisque God Of War est un modèle d'équilibre. Mélangeant de légères phases de plates-formes aux joutes homériques tout en incorporant quelques énigmes, l'architecture du jeu est mûrement réfléchie, ce qui donne au final une impression d'enchantement de bout en bout. Ceci est aussi dû à la quasi-absence d'allers-retours, chose rare dans ce genre de titres. En somme, bien qu'on eut aimé une durée de vie un peu plus longue (comptez sur 8 heures pour le terminer en Normal), il est appréciable de constater qu'à l'inverse de DMC 3, God Of War ne blouse pas le joueur en s'appuyant sur des artifices pour augmenter la durée de vie de façon artificielle. En résulte une progression alléchante qui ne cesse d'émerveiller au travers de surprises visuelles, scénaristiques ou propres à la jouabilité. Pourtant l'approche de GOW est on ne peut plus classique. Vous avancez en ligne droite, vous récupérez divers pouvoirs offerts par les dieux et vous affrontez des hordes d'ennemis ainsi que quelques boss. Vu sous cet angle, rien ne prédestine God Of War à un encensement total, et pourtant...



Le jeu fait la part belle aux actions contextuelles pour accentuer la férocité des combats.
Tout d'abord, attardons-nous un peu sur le gameplay. Bien que Kratos ne dispose que de deux armes durant tout le jeu, ces dernières pourront évoluer pour nous offrir une panoplie beaucoup plus large de coups. A l'image d'Onimusha, vous allez devoir récupérer des orbes rouges (que laisseront vos ennemis) qui vous serviront à faire évoluer vos armes qui disposent de plusieurs niveaux de puissance. Une fois que vous aurez atteint le niveau supérieur, votre arme sera plus efficace et vous aurez accès à davantage de combos ou de mouvements. Ceci est aussi valable pour les sorts que vous obtiendrez auprès des dieux et qui verront leur pouvoir grandir à mesure que vous les ferez évoluer. Au final, la gamme d'actions est plutôt étoffée, Kratos peut réaliser des esquives en effectuant des roulades grâce au stick droit et l'utilisation des pouvoirs est très pratique pour se sortir de situations délicates. A ce titre, on signalera une jauge bleue qui pourra se remplir en récoltant des orbes de la même couleur. A chaque fois que vous utiliserez un sort, ladite jauge se videra progressivement et vous devrez alors la remplir à nouveau pour pouvoir vous servir à nouveau de la magie. Ensuite, vous pourrez aussi vous transformer en surhomme pendant une courte période, après avoir emmagasiné de l'énergie, pour faire le ménage aux alentours. Pour ajouter un peu de dynamisme à l'action, les développeurs ont également opté pour des actions contextuelles. Par exemple, après avoir étourdi un ennemi, une petite icône apparaîtra au dessus de lui. Vous devrez alors appuyer prestement sur ladite touche pour que Kratos effectue une action spécifique qui, le plus souvent, tuera instantanément l'ennemi. Cette idée est vraiment bien vue car lesdites actions s'inscrivent sans temps mort lors des combats et accentuent d'une manière incroyable la fulgurance des affrontements. Ces situations atteignent d'ailleurs leur paroxysme contre les boss où vous pourrez parfois appuyer sur plusieurs touches pour littéralement projeter votre adversaire contre le décor ou pour lui asséner des coups d'une rare violence. En parallèle des combats, vous serez aussi amenés à résoudre des énigmes qui se résument le plus souvent à trouver des objets pour avancer, bien que certaines soient plus proches de petits casse-têtes. Dommage tout de même que ces passages ne soient pas plus nombreux, même si on appréciera la diversité de ces phases tantôt basées sur la rapidité, les réflexes ou encore la réflexion.



Vous devrez récupérer un certain nombre d'orbes pour faire évoluer vos armes ainsi que vos sorts.
Artistiquement parlant, le jeu est simplement parfait. Le level design est inspiré et magistral, le bestiaire est constitué de peu de monstres mais qui sont très bien animés et les boss sont certainement les plus impressionnants qu'on ait vu depuis longtemps dans un beat'em all PS2. Par contre, il est décevant de constater que ces derniers ne soient qu'au nombre de trois. Mais passée cette frustration, quelle virtuosité ! Entre une hydre gigantesque que vous affronterez sous un déluge balayant votre bateau comme un fétu de paille et un Minotaure recouvert d'une armure qui se fera un plaisir de vous faire profiter de son haleine brûlante, c'est un enchantement de chaque instant qui vous retournera la rétine. Il faut aussi signaler que bien que le jeu nous abreuve de décors tous plus beaux les uns que les autres en nous jetant en pâture des dizaines de monstres qui ploieront sous un déluge d'effets visuels, le tout se fait sans aucun temps de chargement... Prouesse, vous avez dit prouesse ? Un petit mot également sur la partie sonore qui ne démérite pas. Les musiques sont nombreuses et emphatiques, en total accord avec ce qui se passe à l'écran et leur composition n'a d'égale que leur orchestration. D'un excellent doublage américain, nous passons à un doublage français qui est bien dans le ton et qui, bien qu'en deçà de son modèle, ne fait nullement dans la caricature poussive, à l'image d'un Metal Gear Solid pour ne citer que lui.



Notez la qualité des nuages pour un des plus beaux arrières plans du titre.
Au-delà de sa condition de pot-pourri qui reprend tout ce qui a fait le succès de nombreux hits, God Of War est un chef-d'oeuvre qui se vit à cent à l'heure. Pensé jusque dans ses moindres détails, le jeu de SCEA a bien quelques défauts contre lui (durée de vie, dialogues qui manquent de profondeur, quelques légers soucis de visibilité dus à une caméra fixe...) mais qui pèsent finalement bien peu dans la balance. Esthétiquement parfait, doté d'un gameplay sans réelle fausse note, voici bien une production qu'on espère voir triompher, ne serait-ce que pour faire comprendre qu'un jeu qui n'a pas eu droit aux honneurs d'une imposante campagne publicitaire, peut malgré tout s'imposer. L'avenir nous dira si je me suis montré trop optimiste mais en l'état, je ne peux rien faire d'autre que de féliciter Sony pour cette pièce de collection qui m'aura retourné physiquement et psychologiquement. Stupéfiant, étourdissant et portant bien haut l'étendard d'une qualité divine, God Of War est un amalgame de toutes ces qualités et de bien d'autres choses encore.









By Jeuxvideo.com

Revenir en haut Aller en bas
http://yamishadow.vndv.com
Renata
Ceinture Orange
Ceinture Orange
avatar

Féminin
Nombre de messages : 67
Age : 27
Localisation : Belgique
Emploi/loisirs : Etudiante
Humeur : Joyeuse
Date d'inscription : 25/10/2008

MessageSujet: Re: God Of War [PS2]   Mer 29 Oct - 17:28

God Of War Que dire sur ce jeux Etraordinaire :=)

Gameplay: 9/10

Graphismes: 5/5

Arme, actions , Cinematique : 5/5

Total 19/20

Conseiller a tout ceux qui aime la baston ^^
Revenir en haut Aller en bas
 
God Of War [PS2]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Zone Forum :: La nimportnawak rubrique :: Jeux video-
Sauter vers: